1.2

Évolution de l’activité ambulatoire

Malgré des retards, la chirurgie ambulatoire continue sa progression

Personne de référence

Virginie Hêche, chargée de projet, Centre de chirurgie ambulatoire, MV Santé Beaumont.

Quatre ans après le lancement du projet «Virage ambulatoire», le CHUV poursuit son partenariat avec MV Santé et espère encore accroître la part des interventions réalisées au Centre de chirurgie ambulatoire.

Se faire opérer sans passer de nuit à l’hôpital: la chirurgie ambulatoire représente un défi, celui de créer une organisation de pointe afin d’offrir aux patientes et patients une prise en charge sécuritaire et des soins de qualité.

Un virage indispensable
La Suisse accuse depuis longtemps un certain retard dans le domaine ambulatoire. En 2011, le CHUV réagit en créant un partenariat avec l’entreprise privée de chirurgie ambulatoire MV Santé, leader dans le domaine sur le plan national. Le 6 janvier 2014 est réalisée la première intervention dans un centre dédié, au sein même de la cité hospitalière. Mais alors que 8000 interventions étaient attendues, la première année se solde avec 4500 interventions (il faudra attendre 2019 pour dépasser les 6000 cas). En 2017, les partenaires unissent leurs forces en lançant conjointement le projet «Virage ambulatoire». Son objectif est de transférer vers l’ambulatoire des interventions encore réalisées en stationnaire en analysant de manière approfondie le potentiel du CHUV.

La nécessité d’une coordination exemplaire
L’orthopédie et la chirurgie viscérale sont les premières disciplines visées pour leur potentiel. Après un précieux travail de collaboration entre les équipes du CHUV et de MV Santé, les premiers transferts de plastie ligamentaire du genou et d’ablation de vésicule biliaire (cholécystectomie) sont réalisés en 2017. Pendant cette année, la pratique de ces interventions en ambulatoire se fait de manière timide (quelques interventions). Mais elle prend son envol dès 2018, pour atteindre en 2020 des pourcentages ambulatoires comparables, voire supérieurs, à ceux des hôpitaux français et britanniques (43% des plasties des ligaments croisés en ambulatoire en 2019, 36% des cholécystectomies en 2020).

L’activité du Service d’orthopédie annonce encore un grand potentiel de transferts dans un avenir très proche.

Amenées à travailler toujours plus ensemble, les équipes instaurent entre elles un climat de confiance fort. Cette collaboration renforcée permet des résultats remarquables dans d’autres disciplines également, comme la chirurgie de la main et la chirurgie spinale. Grâce à un médecin ayant pratiqué plusieurs années aux Etats-Unis, cette dernière voit son pourcentage de cures de hernies discales ambulatoires, déjà très élevé en 2017 (25%), augmenter encore (31% en 2020).

La qualité de la collaboration entre les équipes, des parcours de soins optimisés, de même que l’expérience positive rapportée par les personnes soignées qui se trouvent au cœur de cette innovation, motivent les services de chirurgie du CHUV à pratiquer davantage de prises en charge ambulatoires. Certains services dessinent des transferts d’interventions toujours plus complexes. Et grâce à l’utilisation de l’Hôtel des Patients (mis en service en 2016), la tendance s’accentue encore. En 2020, le Service d’urologie réalise des résections de la vessie au Centre de chirurgie ambulatoire suivies d’une nuit à l’Hôtel des Patients. Cette même année, le Centre de chirurgie spinale pratique des cures de hernies cervicales (plus délicates que les hernies discales lombaires). Quant au Service d’orthopédie, son activité annonce encore un grand potentiel de transferts dans un avenir très proche (chirurgie du genou, du pied et de l’épaule).

De nouveaux transferts en perspective
Les applications de suivi à distance des patientes et patients, en plein développement, viennent s’ajouter comme facteur favorisant le développement de la chirurgie ambulatoire. Ces nouveaux outils permettent de détecter au plus vite des complications ou des problèmes chez les personnes qui viennent d’être opérées. En 2018, le Service de chirurgie viscérale a réalisé une première expérience avec une application de suivi testée par des patientes et des patients rentré·e·s à domicile après une hospitalisation. Le succès de ce pilote a ensuite motivé le CHUV à acquérir une solution pour un projet à visée institutionnelle qui a débuté en octobre 2020. Six mois plus tard, les plus convaincu·e·s verront déjà l’opportunité de nouveaux transferts vers l’ambulatoire (chirurgie bariatrique, résection hépatique simple, chirurgie du colon).

Activité ambulatoire – points facturés

2018 2019 2020 Evolution
2019/2020
Prestations du Département de radiologie 46'588'547 48'341'011 46'389'479 -4,0%
Prestations du Département de psychiatrie 37'794'338 42'141'533 41'473'961 -1,6%
Prestations des autres départements 131'007'667 142'102'566 135'211'228 -4,8%
Prestations médicales - TARMED 215'390'552 232'585'110 223'074'668 -4,1%
Laboratoire 42'273'376 45'572'305 56'173'167 23,3%
Vente de matériel et de médicaments 71'083'095 78'284'730 81'588'072 4,2%
Dialyses 6'281'934 5'996'894 6'429'464 7,2%
Autres prestations 20'376'408 21'095'324 19'176'375 -9,1%
Total ambulatoire 355'405'365 383'534'363 386'441'746 0,8%

Evolution de l’activité ambulatoire – points facturés

Prestations médicales TARMED
Vente de matériel et de médicaments
Laboratoire
Autres prestations

Commentaire des données

L’activité ambulatoire a été répartie en cinq groupes de prestations, auxquels s’ajoute un groupe qui représente les ventes de matériel médical et de médicaments.

La majeure partie de l’activité ambulatoire (60%) correspond à des prestations médicales, diagnostiques et thérapeutiques, qui répondent à la nomenclature TARMED. Viennent ensuite les prestations de laboratoires et les ventes de médicaments. Diverses prestations (activité des centres de jour en psychiatrie, physiothérapie, ergothérapie, logopédie, dialyse, médecine nucléaire, etc.) représentent environ 7% de l’activité.

En 2020, chaque jour près de 3700 personnes se sont adressées au CHUV pour recevoir des prestations ambulatoires, diagnostiques ou thérapeutiques.

L’activité ambulatoire du Centre de médecine dentaire et orale (CMDO) – transféré d’Unisanté au CHUV en 2018 – est facturée et présentée distinctement de celle du reste du CHUV.

L’évolution de l’activité ambulatoire entre 2019 et 2020 est très marquée par le COVID-19 (tests de dépistage) et ses effets collatéraux (en règle générale, baisse d’activité de 5% à 15%).

Les tests COVID-19 réalisés au CHUV ont entraîné une croissance de l’activité de 23% sur la nomenclature des laboratoires.

La baisse générale d’activité en 2020 oscille entre 5% et 15% en raison des limitations d’accès au CHUV et de la baisse du recours aux prestations, liée à la situation sanitaire.

La consultation d’oncologie et les médicaments oncologiques ont connu une augmentation en raison de l’évolution de la demande.

La baisse a été particulièrement marquée:

  • En neurochirurgie (-25%)
  • En pédiatrie et en chirurgie pédiatrique (-19%)
  • Aux urgences (-16% pour les adultes et -40% pour les enfants)
  • En traumatologie (-50%)

Certains secteurs particuliers ont néanmoins connu des augmentations:

  • Les consultations spécialisées transférées d’Unisanté au CHUV courant 2019: gastro-entérologie, pneumologie, cardiologie, antibiothérapie parentérale (+2,1 millions)
  • La consultation d’oncologie et les médicaments oncologiques, en raison de l’évolution de la demande (+13%, soit +5,7 millions)
  • La médecine nucléaire, en raison de la mise en service d’un nouvel appareil PET-Scan (+13%)

De nouvelles prestations ambulatoires au Centre de médecine intégrative et complémentaire (CEMIC)

En 2020, le Centre des médecines intégratives et complémentaires (CEMIC) a élargi sa palette de prestations ambulatoires, qui incluaient déjà auparavant une consultation d’antalgie intégrative, d’hypnose et d’acupuncture.

Afin de développer une consultation en oncologie intégrative, une médecin assistante en formation FMH en oncologie a rejoint l’équipe du centre. Cette prestation propose des séances médicales qui soutiennent une combinaison sûre et efficace des approches de médecine conventionnelle et complémentaire pour le traitement d’un cancer. Pour certaines personnes, il suffit d’une séance unique assortie de recommandations directes aux patientes, aux patients et à leurs oncologues. D’autres personnes requièrent un suivi qui comprend différentes thérapies, et permet de suivre l’évolution des symptômes traités.

De brèves séances d’hypnose individuelles sont également proposées aux employées et employés du CHUV qui désirent se ressourcer.

Le CEMIC a également lancé des activités de groupes avec des séances d’art-thérapie pour des patientes souffrant d’un cancer du sein, des séances d’hypnose pour accompagner la réhabilitation oncologique, ainsi que de la méditation pour des personnes qui souffrent de douleurs chroniques. De brèves séances d’hypnose individuelles sont également proposées aux employées et employés du CHUV qui désirent se ressourcer, que ce soit en présentiel ou par visioconférence.

Création de nouvelles filières de prise en charge à l’Hôpital orthopédique

Dans le domaine de l’orthopédie-traumatologie, depuis le milieu des années 2010, les prises en charge s’orientent vers des séjours hospitaliers de courte durée. Cette évolution permet d’éviter aux patientes et patients certains désagréments liés aux hospitalisations, tout en diminuant les complications, en particulier les infections nosocomiales, le déconditionnement secondaire à un alitement, la perte des repères et la rupture du cadre de vie habituel, etc.

Chaque fois que la situation le permet, les développements actuels privilégient le recours aux interventions ambulatoires, ainsi qu’une entrée à l’hôpital le jour de l’opération (same-day surgery), tout en associant des programmes de réhabilitation accélérée. Dans ce contexte, le Service d’orthopédie et de traumatologie a mis en œuvre des filières chirurgicales spécifiques pour les opérations du genou, du pied, de la cheville, de l’épaule et du coude. Développée sur le site de l’Hôpital orthopédique et avec le Centre de chirurgie MV Santé de Beaumont pour ce qui concerne l’ambulatoire, cette orientation permet d’offrir une prise en charge qui allie une grande efficience clinique au respect des meilleurs standards de qualité et de sécurité.