4.3

Délais de prise en charge en cas d’accident vasculaire cérébral

Personne de référence

Patrik Michel, médecin chef, Centre cérébrovasculaire, Service de neurologie.

Tout comme l’infarctus du myocarde, l’accident vasculaire cérébral (AVC) est une urgence médicale absolue. Lorsque les traitements efficaces ne sont pas appliqués, des millions de neurones et synapses meurent chaque minute.

Le premier traitement de référence est la thrombolyse intraveineuse, qui permet la désagrégation des caillots obstruant les vaisseaux sanguins. Cette intervention doit être effectuée dans les quatre heures et demie suivant l’AVC dans une unité spécialisée, appelée Unité cérébrovasculaire. Il existe une unité de ce type au CHUV ; ailleurs, les plus proches se trouvent à Genève, Nyon, Sion, Neuchâtel ou Berne.

Pour environ la moitié des patients, le deuxième traitement qui s’ajoutera à la thrombolyse est le traitement endovasculaire : de petits cathéters sont introduits dans les artères du cerveau pour les déboucher des caillots qui s’y trouvent. Cette intervention se pratique dans les Centres cérébrovasculaires hautement spécialisés, tels que celui du CHUV, seul du genre dans le canton de Vaud.

Les recommandations pour la prise en charge de ces patients comportent des protocoles d’acheminement standardisés qui renforcent le triage en périphérie, et garantissent les voies de transports les plus rapides vers l’Unité cérébrovasculaire disponible la plus proche.

Le CHUV s’est fixé un objectif de moins de 30 minutes entre l’arrivée à l’hôpital et la thrombolyse.

En 2010, le CHUV a officialisé la filière AVC. Ce protocole précise les indications et gestes à effectuer lors de la prise en charge d’un patient chez lequel on suspecte un accident vasculaire cérébral. Ses buts consistent à raccourcir les délais d’acheminement au Centre de thrombolyse et de traitement endovasculaire, préparer le Centre cérébrovasculaire qui va accueillir le patient, et commencer la collecte des informations durant la phase préhospitalière, en vue de la prise en charge. Afin de remplir les standards de bonne pratique, le CHUV s’est fixé un objectif de moins de trente minutes entre l’arrivée à la porte de l’hôpital et la thrombolyse.

Commentaires du graphique

Le graphique reporte les délais de traitement (en médiane) pour les patients ayant bénéficié d’une thrombolyse intraveineuse dans les délais internationalement recommandés (moins de quatre heures et demie), avec ou sans traitement endovasculaire surajouté. Les chiffres montrent que le temps entre l’appel au 144 et l’arrivée à la porte du CHUV est passé de 162 minutes en 2003, à 123 minutes en 2015. Une petite péjoration de ces délais entre 2013 et 2014 est partiellement due à la mise en place des traitements endovasculaires. Du fait que ces soins, dans le canton de Vaud, ne sont dispensés qu’au CHUV, des patients viennent désormais de plus loin pour en bénéficier. Cependant, le délai entre la porte du CHUV et le traitement a diminué de moitié entre 2003 et 2015, pour atteindre l’objectif de trente minutes. En parallèle, la grande augmentation de l’activité a été observée puisqu’en 2015, 5,5 fois plus de patients qu’en 2003 ont bénéficié d’une thrombolyse.

Délais de traitement des patients avec accident vasculaire cérébral

Délai en minutes

Nombre de patients traités