5.1

Participation du patient et éducation thérapeutique

Personne de référence

Serge Gallant, directeur du Centre des formations

Participation du patient et éducation thérapeutique

Lorsqu’une personne souffre de maladies chroniques telles que le diabète, l’obésité ou des problèmes cardiaques, il est très important qu’elle suive les recommandations du personnel soignant et médical. Si elle comprend sa maladie, ainsi que les traitements qu’elle reçoit, sa prise en charge a bien plus de chance de permettre de stabiliser la maladie. Voilà pourquoi le CHUV développe le concept de « patient partenaire ». Cette action comprend notamment la mise en œuvre de mesures d’éducation thérapeutique. Les services cliniques ont pris plusieurs initiatives en ce sens.

Parmi ses offres, le Centre des formations du CHUV propose aux soignants un module qui enseigne, par le biais d’un entretien, à susciter la motivation du patient, ainsi que son engagement vers le changement ; une vingtaine de médecins s’y forment chaque année. D’autres collaboratrices et collaborateurs du CHUV bénéficient d’offres complémentaires proposées par l’Université de Genève (Certificate of Advanced Studies et Diploma of Advanced Studies en éducation thérapeutique).

Les soignants apprennent notamment à motiver les patient-e-s.

Afin de développer une offre de formation encore plus riche, un groupe de travail sera mis en place en 2016. Sa mission sera d’analyser les besoins du personnel soignant dans ce domaine.

Transmission d’informations entre professionnels

Depuis quelques années, le CHUV a progressivement mis en place le dossier patient informatisé grâce au logiciel Soarian. Plusieurs formations accompagnent ce déploiement et la bonne utilisation de l’application (voir tableau ci-dessous). En 2015, plus de 1000 collaboratrices et collaborateurs ont appris à utiliser cet outil.

Les soignants apprennent notamment à motiver les patient-e-s.

Formation Soarian données en 2015

Formations Soarian données en 2015 Participants
Soarian – elearning de sensibilisation à l’outil pour les médecins 400
Soarian – formation spécifique pour le personnel médical 250
Soarian – formation pour le personnel infirmier 600
Soarian – formation pour le personnel médico-technique et social (physiothérapeutes, ergothérapeutes, assistantes et assistants sociaux) 40

Déclaration d’événements indésirables et amélioration continue

Durant les années 2013 et 2014, dans le cadre de la politique de gestion des risques et des incidents, le Centre des formations du CHUV s’est associé à la Fondation sécurité des patients Suisse. Cette collaboration avait pour but d’accompagner le déploiement, au sein du CHUV, de groupes d’analyse des événements indésirables. Plus de cent collaboratrices et collaborateurs de l’hôpital ont suivi une formation de quatre jours et demi.

En 2015, afin de pérenniser les compétences acquises et toucher davantage de cadres, comme d’autres employées et employés, le CHUV a organisé une formation à la gestion des risques. Ce module s’adresse aux nouveaux collaborateurs et collaboratrices médico-soignants (600 personnes ont suivi une heure de formation), ainsi qu’aux experts et cadres médicaux-soignants (quatre heures et demie de formation continue).

Les cours RECI encouragent une culture de la bienveillance.

Les cours RECI encouragent une culture de la bienveillance.

Ces cours ont pour objectif de faire connaître la politique de gestion des risques et des incidents au CHUV. Ils encouragent également une culture de la bienveillance, afin que les personnes impliquées dans des événements indésirables puissent les signaler tout en étant assurées du soutien de l’institution. En 2016, au terme de la phase pilote et après avoir reçu un accueil favorable des premiers publics-cibles, ces formations seront pleinement mises en œuvre.

Simulation au service de la sécurité des patients

« Jamais la première fois auprès d’une patiente ou d’un patient » : cette maxime exprime la nécessité, pour les professionnels de la santé, de se former en pratiquant des soins de façon simulée. En permettant de répéter des gestes techniques et des compétences communicationnelles dans un contexte sécurisé, la simulation améliore la sécurité des patient-e-s.

La simulation permet aux futurs professionnels de la santé de s’exercer dans un contexte sécurisé.

La simulation permet aux futurs professionnels de la santé de s’exercer dans un contexte sécurisé.

Avec la Faculté de biologie et de médecine et les Hautes écoles spécialisées vaudoises, le CHUV participe à la création du futur Centre coordonné de compétences cliniques (C4). A l’horizon 2021, cette infrastructure mettra à disposition 7000m2 d’espace de simulation hautement spécialisée pour la formation pré-, postgraduée et continue des étudiants et professionnels de la santé. Mandaté par le CHUV afin d’assurer que ce lieu réponde aux besoins spécifiques de l’hôpital, le Centre des formations participe au groupe de travail piloté par la Direction générale de l’enseignement supérieur.

Pratique clinique fondée sur les meilleurs standards et implantation des bonnes pratiques

Les recommandations de bonnes pratiques cliniques sont issues de recherches qui répondent à des critères très précis, notamment dans le domaine de l’éthique. Définir et appliquer des pratiques cliniques fondées sur les meilleurs standards implique aussi de savoir identifier les publications scientifiques les plus pertinentes pour la prise en charge des patient-e-s.

Swissethics a fixé des exigences de qualification pour les chercheuses et chercheurs en essais cliniques.

Swissethics a fixé des exigences de qualification pour les chercheuses et chercheurs en essais cliniques.

Le tableau suivant montre quelques offres de formation qui développent ces compétences, le public-cible et le nombre de personnes formées.

Swissethics, l’Association des commissions d’éthique suisses de la recherche sur l’être humain, a fixé des exigences de qualification pour les chercheuses et chercheurs en essais cliniques, de même que pour les personnes qui promeuvent les mesures issues des investigations (OClin, article 6). Dès 2016, une nouvelle offre de cours, reconnue par Swissethics, sera mise en œuvre.

Par ailleurs, afin de savoir comment modifier les pratiques soignantes en fonction des résultats de recherches, la Commission de recherche et développement de la Direction des soins du CHUV a commandité une nouvelle formation, qui verra le jour en 2016.

La Direction des soins fait partie d’un réseau interinstitutionnel vaudois, le Bureau d’échange des savoirs scientifiques et des pratiques exemplaires (BEST), luimême affilié au Joanna Briggs Institute, prestigieuse institution australienne. La mission principale de ce réseau consiste à susciter la conception d’outils qui permettent de développer des connaissances scientifiques et d’implanter ces dernières dans le travail quotidien des professionnels de soins.

D’autres offres de formation, développées avec les Hautes écoles et les universités, permettent également au personnel médico-soignant du CHUV d’approfondir ses connaissances et de renforcer ses compétences dans ce domaine.

Formations données en 2015

Formations données en 2015 Public-cible
Evidence Based Medicine Médecins assistants 25
Réalisation de revues systématiques de littérature selon le modèle JBI Personnel infirmier 15
Recherche clinique : - devenir investigatrice/investigateur - devenir investigatrice/promotrice et investigateur/ promoteur Médecins, personnel infirmier, physiothérapeutes, ergothérapeutes 90

Collaboration interprofessionnelle

Lorsque les différents acteurs soignants collaborent de façon optimale autour d’un patient, ils permettent une bonne continuité des soins et améliorent sa sécurité. Dans un contexte hautement spécialisé, certains professionnels risquent de se limiter à leur domaine d’expertise. Le CHUV promeut et soutient ainsi toute démarche de pratique collaborative

Dans un contexte hautement spécialisé, le CHUV soutient toute démarche collaborative.

Dans un contexte hautement spécialisé, le CHUV soutient toute démarche collaborative.

En partenariat avec la Faculté de biologie et de médecine et les Hautes écoles spécialisées vaudoises, le CHUV a fondé le Groupe d’éducation et des pratiques interprofessionnelles (GEPI). Cet organisme a permis d’intégrer un module obligatoire d’éducation interprofessionnelle au sein des programmes de formation prégraduée des médecins, infirmières et infirmiers, sages-femmes, physiothérapeutes, ergothérapeutes et techniciennes et techniciens en radiologie médicale. En 2015, 560 étudiantes et étudiants issus de ces six filières ont pu y participer.

Cette formation poursuit les objectifs suivants :

  • l’acquisition de connaissances théoriques sur le fonctionnement des groupes;
  • la prise de conscience des enjeux spécifiques au travail en équipe interprofessionnelle;
  • l’identification des obstacles au travail en équipe et l’apprentissage de stratégies pour les surmonter.

La mise en œuvre d’un module de cette ampleur demande la collaboration d’une cinquantaine de facilitatrices et facilitateurs. Experts de leur domaine clinique, ils accompagnent un groupe de dix étudiants qui a pour tâche de résoudre diverses situations rencontrées par les patients. La moitié de ces facilitateurs est issue du personnel médical et soignant du CHUV

Le management au service du décloisonnement professionnel

En 2015, le CHUV a mis en œuvre une formation en management destinée aux cadres (médecins, infirmiers et administratifs). Ce module a pour but de développer les compétences en gestion d’équipe, tout en renforçant la collaboration entre les professions. Baptisé Micro MBA, cet enseignement s’inspire des outils de gestion d’entreprise enseignés dans les MBA (Master of Business Administration).

Au cours de cette formation, une cinquantaine de cadres supérieurs issus de différents corps professionnels du CHUV ont abordé, entre autres thèmes, le leadership bienveillant et innovant, l’accompagnement du changement, la gestion des conflits ou une meilleure communication. L’évaluation de cette première volée montre que le principal bénéfice du programme porte sur le décloisonnement des disciplines, dans l’objectif d’une meilleure collaboration entre les professions