2.1

La Faculté de biologie et de médecine

Par ses écoles (médecine, biologie, sciences infirmières, doctorale et postgraduée médicale), la Faculté de biologie et de médecine mène une activité de formation interdisciplinaire, voire interprofessionnelle. Le corps enseignant de ses deux sections (sciences cliniques et sciences fondamentales) contribue à tous les niveaux de formation.

La Faculté de biologie et de médecine

Une nouvelle équipe décanale est entrée en fonction le 1er août 2021. Une auto-évaluation étant prévue au calendrier 2022 de la Faculté, le Décanat élaborera son plan de développement à l’issue de cette démarche de qualité.

Sur le plan organisationnel, l’année 2021 a été, comme la précédente, marquée par la crise sanitaire et son impact sur les activités académiques. Cette période a permis de mettre en valeur les outils informatiques de communication par le biais des visioconférences, mais elle a modifié l’organisation et l’environnement de travail de certains groupes de collaboratrices et collaborateurs, de même que pour le corps enseignant et estudiantin.

Communication, stratégie et durabilité

Un secteur durabilité et un secteur qualité ont été intégrés au sein du Dicastère communication, stratégie et durabilité. Le secteur qualité permettra de lier les outils stratégiques de la FBM à ceux de l’UNIL, par le biais de la procédure du système d’assurance de qualité institutionnel.

Le développement de la chaîne YouTube de la FBM s’est poursuivi et un compte Twitter FBM a été lancé.

2021 a vu le lancement de la plateforme «Durabilité et santé» conjointe à la FBM et au Centre de compétence en durabilité de l’UNIL.

Sur le site de la FBM, 156 «mémentos» et 382 «actualités» ont été publiés. Une trentaine ont fait l’objet d’un travail de vulgarisation scientifique valorisé auprès des médias. Quatre «Entretiens de la FBM» ont mis en lumière des personnalités et des projets.

Sur la page «Professeur·e·s A-Z» de la Faculté, 57 profils ont été créés ou mis à jour.

Les newsletters électroniques mensuelles «INFO FBM» et «La FBM dans les médias» ont été envoyées à 6500 destinataires. Un numéro d’«Echos du vivant», destiné aux enseignantes et enseignants de biologie des gymnases romands (317 abonnées ou abonnés), a été publié.

Dix-huit leçons inaugurales ont été retransmises en direct en «mode COVID-19».

La Cérémonie d’ouverture des cours et de remise des prix, de même que la remise des FBM Awards et le «5 à 7» d’honneur (rencontre interfacultaire), ont pu être maintenus malgré la situation sanitaire.

La consolidation du réseau Alumni FBM s’est poursuivie avec la publication de plusieurs articles et événements.

Conjointe à la FBM et au Centre de compétence en durabilité (CCD) de l’UNIL, la plateforme «Durabilité et santé» a été lancée.

Relève académique et égalité

Malgré les contraintes liées au contexte pandémique et aux transitions des équipes dirigeantes, le Dicastère relève académique et égalité ainsi que ses commissions permanentes (Commission de la relève, Commission consultative des promotions et Commission de planification académique) ont assuré la continuité des activités afin de ne pas freiner les développements de carrière des personnels académiques.

La prétitularisation conditionnelle est bénéfique aux carrières professorales de la relève scientifique facultaire, en particulier aux femmes.

La nouvelle orientation «égalité» donnée au Dicastère relève académique est liée aux enjeux sociétaux et facultaires; elle doit également servir à valoriser et renforcer la visibilité de l’extrême diversité des parcours professionnels et personnels qui font la richesse de la Faculté. La promotion de l’altérité dans le monde académique est un enjeu stratégique qui renforcera l’excellence et la créativité. Concilier ces thématiques dans l’univers de la science, où la concurrence est très rude, notamment pour l’obtention de financements, représente également un défi organisationnel.

La réflexion multipartite pour identifier des voies d’amélioration des carrières et du recrutement académique s’est poursuivie, en incluant les évolutions liées à la numérisation des activités. Le but final reste de favoriser la création de savoir et sa transmission, tout en soutenant méthodologiquement les comités de sélection. Dans ce contexte, une piste favorable se dessine: la voie de la prétitularisation conditionnelle est bénéfique aux carrières professorales de la relève scientifique facultaire, en particulier aux femmes. Une structure semblable et adaptée à la Section des sciences cliniques est en cours de réflexion.

Enfin, le Guide pratique des carrières académiques à la FBM, visant à expliquer et promouvoir les parcours académiques au sein de la Faculté, continue à faire l’objet d’une large diffusion. Ce support permet de mieux faire connaître les procédures à la communauté facultaire. Des séances spécifiques d’informations ont été proposées au cas par cas. Il est prévu de généraliser cette méthode de communication directe pour faciliter la compréhension des procédures.

Enseignement et diversité

Le vice-doyen responsable du Dicastère enseignement et diversité a axé le début de son mandat sur une réflexion de fond, avec pour but de renforcer la place de l’enseignement dans la carrière académique. Des discussions ont été ouvertes intégrant les Ecoles de la Faculté, le Dicastère relève et égalité, ainsi que certains partenaires institutionnels, notamment l’UNIGE, avec laquelle des échanges réguliers ont eu lieu.

Les Ecoles de la FBM restent touchées par la pandémie, notamment en raison des incertitudes qui entourent les modalités d’enseignement et d’évaluations. Le retrait d’étudiantes et étudiants aux examens a conduit à des volées de taille record, une situation qui lance divers défis et crée de vives inquiétudes quant aux seuils de sélectivité. Dans ce contexte, le dicastère et les directions des Ecoles ont été particulièrement attentifs à ce que le bien-être des étudiantes et des étudiants soit pris en compte. Des relations plus étroites avec les associations estudiantines ont été établies durant l’année.

L’Ecole de médecine

Après une mise en pause durant plusieurs mois du projet de Centre coordonné de compétences cliniques (C4) en raison de négociations entre la commune de Chavannes et le canton, les travaux des différents groupes ont repris. Le plan partiel d’affectation (PPA) a depuis été accepté. Sauf oppositions, la commune de Chavannes pourra procéder à la mise à l’enquête des constructions.

Les travaux de la Commission de projet ont abouti à un redimensionnement afin de rester dans la cible budgétaire. Placés sous la responsabilité de l’organe quadripartite sur la gouvernance du C4, les travaux progressent.

La crise sanitaire a fortement accéléré l’intégration du numérique dans l’enseignement.

La crise sanitaire a fortement accéléré l’intégration du numérique dans l’enseignement et l’évaluation des apprentissages. Entre autres, elle a poussé à la mise en place d’une infrastructure automatisée pour la diffusion en direct et l’enregistrement des enseignements dispensés en auditoire.

L’examen fédéral «Clinical Skills» a eu lieu avec succès dans les locaux du bâtiment Géopolis, ainsi que dans celui qui héberge l’Institut des hautes études en administration publique (IDHEAP) sur le site de Dorigny. Ces locaux de l’UNIL devraient continuer à être disponibles jusqu’à l’ouverture du C4. Les activités préparatoires ou de substitution imposées par l’examen fédéral ne peuvent malheureusement pas se dérouler dans ces mêmes locaux, faute d’espaces disponibles.

Etudiantes et étudiants en médecine

2019 2020 2021
1ère année bachelor 691 822 586
2ème année bachelor 254 278 276
3ème année bachelor 235 236 269
Total 1'180 1'336 1'131
1ère année master 236 224 193
2ème année master 221 233 218
3ème année master 215 222 227
Total 672 679 638
Total général 1'852 2'015 1'769

L’Ecole de biologie

Du fait du prolongement de la pandémie et afin de garantir la qualité de l’enseignement et des évaluations des apprentissages dans les conditions sanitaires autorisées, l’Ecole de biologie a dû revoir ses prétentions par rapport aux projets initialement prévus pour 2021.

Suite aux modifications du règlement d’application de la loi sur l’Université de Lausanne, l’Ecole de biologie a revu ses règlements d’études, de même que ses règlements d’admission et d’examen préalable d’admission pour la rentrée d’automne 2021.

Afin de répondre à l’augmentation des effectifs, un sixième groupe de travaux pratiques de biologie moléculaire a été constitué.

Afin de répondre à l’augmentation des effectifs, un sixième groupe de travaux pratiques de biologie moléculaire pour les étudiantes et étudiants de 3e année a vu le jour, avec la collaboration du Département d’oncologie fondamentale. Une réflexion pédagogique et organisationnelle se poursuit concernant l’accueil des étudiantes et étudiants dans les modules à choix du semestre de printemps.

La réflexion sur les quatre axes du plan stratégique de l’Ecole de biologie s’est prolongée. Le plan a été soumis au Décanat. Les projets prioritaires restent l’étude de la faisabilité d’une transition des masters de 90 à 120 crédits ECTS, de même que la réactivation des filières thématiques du bachelor en biologie.

Un poste d’ingénieur pédagogique a été octroyé afin de déployer des outils numériques pour le corps enseignant.

Initiée par la direction du Centre universitaire romand de médecine légale, la maîtrise universitaire ès sciences en taphonomie humaine (120 ECTS) a été soutenue par la direction de l’UNIL, qui a accordé le budget demandé.

Afin de permettre le déploiement d’outils numériques pour les enseignements et les évaluations, un poste d’ingénieur pédagogique a été octroyé à l’Ecole de biologie.

L’Ecole doctorale

Le Life Science Career Day (LSCD) s’est déroulé au SwissTech Convention Center le 12 mai en présence de nombreux partenaires et de l’association BioScience Network Lausanne (BSNL).

Le BSNL et l’Association des doctorants et assistants en sciences (ADAS) ont organisé plusieurs événements en ligne et en présentiel afin d’accueillir et de soutenir les doctorantes et doctorants.

Les examens de thèse se sont le plus souvent déroulés en mode hybride. Diverses procédures ont permis de cadrer les échanges entre doctorantes ou doctorants et expertes ou experts externes, et de garantir leur qualité malgré les écrans. Un sondage montre que la modalité «présentielle» reste la préférée. La défense orale publique (qui a été considérée comme optionnelle ou a été annulée pendant la pandémie) est considérée comme une étape clé.

Une newsletter a été créée pour prévenir le plagiat et l'auto-plagiat.

Les formations ont été maintenues, en ligne ou en présentiel. L’offre a été complétée avec des formations de la plateforme e-learning Coursera. En fin d’année, une nouvelle formation dans le domaine de la vulgarisation scientifique a été proposée.

Une newsletter a été créée pour sensibiliser les doctorantes et doctorants à la prévention du plagiat et de l’auto-plagiat (titre: «Self-plagiarism: is it really that bad?»).

Les travaux soumis au contrôle du logiciel iThenticate n’ont pas présenté de problèmes majeurs (une sélection aléatoire de 17 thèses a été contrôlée).

Un concours de bourses a été lancé (en partenariat avec les Fondations Solis et CHUV). Une nouvelle filière en sciences humaines et sociales de la médecine est en projet.

Les pages web présentant le doctorat en sciences infirmières ont migré du site de l’IUFRS à celui de l’Ecole doctorale.

Nombre de doctorant·e·s accueilli·e·s dans les services du CHUV en 2021

  • 555 doctorantes et doctorants en médecine
  • 182 doctorantes et doctorants en sciences de la vie
  • 53 doctorantes et doctorants en neurosciences
  • 32 doctorantes et doctorants MD-PhD
  • 20 doctorantes et doctorants en sciences infirmières