1.2

Évolution de l'activité ambulatoire

En 2017, plus de 3'400 personnes se sont adressées chaque jour au CHUV afin de recevoir des prestations ambulatoires, diagnostiques ou thérapeutiques.

Evolution de l'activité ambulatoire

L’activité recensée dans ce tableau correspond à l’activité réalisée une année donnée et facturée pendant la même année en ambulatoire. L’activité ambulatoire est répartie en cinq groupes de prestations, dont un représentant les ventes de matériel médical et de médicaments.

2015 2016 2017 Evolution
2016/2017
Prestations du Département de radiologie 53'271'908 56'778'763 54'579'065 -3,9%
Prestations du Département de psychiatrie 35'562'728 35'715'825 35'513'311 -0,6%
Prestations des autres départements 112'315'760 124'770'479 142'013'102 13,8%
Prestations médicales - TARMED 201'150'396 217'265'067 232'105'478 6,8%
Laboratoire 37'961'459 39'697'783 42'481'958 7,0%
Vente de matériel et de médicaments 53'673'486 61'084'926 64'365'427 5,4%
Dialyses 5'906'275 6'507'270 6'555'719 0,7%
Autres prestations 14'093'822 14'262'236 14'703'829 3,1%
Total ambulatoire 312'785'438 338'817'282 360'212'411 6,3%

Evolution de l'activité ambulatoire

Prestations médicales TARMED
Vente de matériel et de médicaments
Laboratoire
Autres prestations

L’activité ambulatoire a été répartie en cinq groupes de prestations et un groupe représentant les ventes de matériel médical et de médicaments.


La majeure partie de l’activité ambulatoire (64%) correspond à des prestations médicales, diagnostiques et thérapeutiques, qui répondent à la nomenclature TARMED. Viennent ensuite les prestations de laboratoires et les ventes de médicaments. Diverses prestations (activité des centres de jour en psychiatrie, physiothérapie, ergothérapie, logopédie, dialyse, etc.) représentent environ 6% de l’activité.

La croissance du volume de points facturés reste cette année encore supérieure à la tendance des dernières années.

En 2017, chaque jour, plus de 3’400 personnes se sont adressées au CHUV pour recevoir des prestations ambulatoires, diagnostiques ou thérapeutiques.

La croissance du volume de points facturés (+7,2%) reste cette année encore supérieure au trend de l’ordre de 5% connu les dernières années.

Le tarif du TARMED négocié avec les assureurs a diminué de 93 à 92 centimes. Aussi le volume facturé n’a-t-il crû que de 6,4%.

Au-delà de la croissance annuelle usuelle, le CHUV a connu en 2017 une croissance plus soutenue sur certaines activités:

  • En Endocrinologie suite à la reprise au CHUV de l’activité auparavant effectuée par la PMU (2,9 mios);
  • Au Centre d’Antalgie suite à son déménagement dans de nouveaux locaux (0,5 mio);
  • En Urologie, en partie par le transfert d’activité de l’hospitalisation vers l’ambulatoire (0,3 mio);
  • En ORL adulte et pédiatrique (0,5 mio);
  • En Chirurgie de la main, tant sur l’activité que sur la saisie (1,3 mio);
  • En Oncologie (1,5 mio);
  • Aux Urgences de l’HEL, sur la saisie d’activité des (1,3 mio);
  • Dans les consultations spécialisées de pédiatrie, tant sur l’activité que sur la saisie (1,8 mio).

Le volume de matériel et de médicaments facturé a augmenté de façon conséquente.

Par ailleurs, des baisses d’activité sont observées localement:

  • En radiothérapie, avec une baisse conjoncturelle (-1,4 mio), et un retour au niveau normal en fin d’année;
  • En psychiatrie communautaire et en pédopsychiatrie (-0,5 mio).

Les autres activités de support (laboratoires, pathologie…) ont crû parallèlement à l’activité Tarmed (+7%).

Enfin, le volume de matériel et de médicaments facturé a augmenté de façon conséquente (+10%) en lien surtout avec l’augmentation de l'activité en oncologie.

Le projet «Virage ambulatoire»

La chirurgie ambulatoire est encore peu développée en Suisse. Le CHUV a cependant établi une collaboration efficace avec le Centre de chirurgie ambulatoire de MV Santé (sis à l'avenue Beaumont 24). Au 1er janvier 2017, les deux partenaires ont lancé un projet commun, dont l’enjeu consiste à diminuer le recours à l’hospitalisation pour des interventions chirurgicales qui peuvent se réaliser en ambulatoire.

Les bénéfices attendus de ce projet sont, entre autres, une diminution du recours à l’hospitalisation, ainsi qu'une baisse des complications infectieuses.

Les objectifs de ce projet sont les suivants:

  • Identifier avec les cadres des services chirurgicaux les interventions susceptibles d’être transférées en ambulatoire;
  • Etablir les critères de sélection des patients et patientes pouvant être pris en charge en ambulatoire;
  • Etablir les critères cliniques de la prise en charge pré, per- et post-opératoire du patient ou de la patiente pour chaque intervention transférable;
  • Adapter l’organisation des différents services pour la prise en charge de ces nouveaux patients et patientes ambulatoires (tant en phase pré-opératoire qu’en phase post-opératoire);
  • Définir les chirurgiens habilités à pratiquer ces interventions à Beaumont 24.

Les bénéfices attendus de ce projet sont les suivants:

  • Diminution du recours à l’hospitalisation;
  • Diminution des complications infectieuses;
  • Augmentation de la satisfaction des patients et patientes;
  • Réorientation des capacités hospitalières du CHUV pour ses missions primaires.

La procédure est appliquée avec chacun des services du CHUV réalisant une activité de chirurgie élective. Elle a permis d’étendre progressivement le catalogue d’interventions pratiquées en ambulatoire aux cures de hernie discale, cholécystectomie, plasties ligamentaires de genou, entre autres.


Actuellement, le CHUV couvre déjà l’ensemble des interventions qui seront à réaliser obligatoirement en ambulatoire en 2019.

Partenariat public-privé : le Centre d'imagerie diagnostique de Lausanne (CID)

Dans le but d’externaliser une partie de l’activité radiologique croissante du CHUV, un partenariat public-privé a débuté en 2012 avec le Centre d'imagerie diagnostique (CID), sis à la rue du Grand-Chêne de Lausanne. Il consiste à offrir une prise en charge proche de la pratique privée à toutes les personnes suivies en ambulatoire au CHUV, tout en leur permettant de bénéficier des compétences de radiologues hautement spécialisés tels qu’ils existent au CHUV.


Ce partenariat fonctionne de manière satisfaisante. Après un premier contrat conclu pour une durée initiale de cinq ans, il s’est étendu en 2016 avec l’exploitation partielle d’un CT scan dont l’activité se situe à environ 1500 examens par année. L’acquisition en 2015 d’une deuxième machine IRM a contribué à augmenter le volume d’activité. Quelque 6'000 examens se réalisent ainsi annuellement.