4.2

Délais de prise en charge en cas d’infarctus du myocarde

Personne de référence

Prof. Pierre Vogt, chef du Service de cardiologie

Afin d'accélérer l'hospitalisation des patients atteint d'une crise cardiaque, le CHUV a mis en place une mesure qui permet de prodiguer des soins au plus vite. Son application donne de très bons résultats.

Lorsqu’un infarctus du myocarde survient, suite à l’occlusion d’une artère coronaire, il est impératif d’intervenir très rapidement pour désobstruer l’artère bouchée. Au bout de trente minutes, le muscle cardiaque commence à se nécroser de façon irréversible.

En janvier 2013, après avoir constaté que des patient-e-s arrivaient trop tard dans la salle prévue pour administrer le traitement adéquat, le CHUV a mis en place la filière STEMI. Issue de l’anglais, cette abréviation décrit l’anomalie que révèle un électrocardiogramme lors d’un probable infarctus du myocarde. La filière STEMI organise les actions à suivre lorsqu’on suspecte un tel événement. Après l’appel au 144, elle veille à ce qu’un-e médecin du Service mobile d’urgences et de réanimation (SMUR) pose un diagnostic, puis organise le transfert du ou de la patiente directement au CHUV, et simplifie la procédure d’admission à l’hôpital. Le ou la malade va directement dans l’Unité de cardiologie interventionnelle qui va le prendre en charge, sans passer par les urgences.

Dans le canton de Vaud, le CHUV est le seul centre qui réalise des cathétérismes cardiaques 24 heures sur 24, tous les jours de l’année.

Dans le canton de Vaud, le CHUV est le seul centre qui réalise des cathétérismes cardiaques 24 heures sur 24, tous les jours de l’année.

Il reste cependant un point sur lequel ce dispositif n’a aucun impact : le temps entre l’infarctus et l’appel au 144 ; souvent, cet appel n’a même pas lieu !

La filière ne permet pas de diminuer ce délai, qui tend au contraire à augmenter. Pour le réduire, il est nécessaire de lancer une campagne publique d’information. Le public doit apprendre à ne pas minimiser les douleurs thoraciques. Il doit également avoir le réflexe d’appeler immédiatement le 144, et non un-e médecin traitant-e ou un centre d’urgence local. Une étude pour comprendre pourquoi les délais d’appel au 144 sont encore trop longs est en cours en 2016.

Les délais de prise en charge en cas d’infarctus du myocarde

Depuis la mise en place de la filière STEMI, les délais entre l’apparition des symptômes et l’administration du traitement ont diminué de 13%, et le temps entre l’arrivée au CHUV et le traitement a diminué de 35%, alors que le nombre de patient-e-s augmente progressivement. Ce résultat est très satisfaisant.

Temps (médian) entre l'arrivée au CHUV et le traitement

Nombre de patients traités