3.2

Observance de l’hygiène des mains

Afin de prévenir les infections, les médecins et le personnel soignant du CHUV doivent se désinfecter les mains de façon très disciplinée. Le CHUV évalue chaque année le respect des consignes.

L’hygiène des mains joue un rôle clé dans la prévention des infections : c’est par les mains que se transmet la majeure partie des microbes pathogènes. A la base de toute profession soignante, son observance est particulièrement importante dans un hôpital. Les germes y sont nombreux et les patient-e-s fragilisés, certain-e-s étant précisément hospitalisé-e-s pour des infections. Le Service de médecine préventive hospitalière du CHUV est extrêmement attentif à ce danger.

C’est par les mains que se transmet la majeure partie des microbes pathogènes.

L’observance de l’hygiène des mains est évaluée selon les critères de l’OMS, qui définit cinq « opportunités » ou moments clés au cours desquels un membre du personnel soignant doit se désinfecter les mains :

(1) avant d’entrer en contact avec un-e patient-e;

(2) avant de procéder à un acte invasif (comme poser une sonde);

(3) après tout contact avec un-e patient-e;

(4) avec son environnement immédiat;

(5) après avoir été en contact avec un liquide biologique tel que le sang.

Le Service de médecine préventive hospitalière mesure chaque année l’adéquation aux recommandations de l’OMS par des audits auprès d’une douzaine de services du CHUV. Il promeut également l’hygiène des mains depuis de nombreuses années par des actions pratiques.

L’observance de l’hygiène des mains est évaluée selon les critères de l’OMS.

Des actions de communication et en particulier lors de la journée de l’hygiène des mains du 5 mai 2017 seront menées pour continuer à sensibiliser le corps médico-soignant à la désinfection des mains.

Observance globale

Les audits effectués chaque année observent un grand nombre d’indications à appliquer des mesures d’hygiène des mains (1527 en 2014) auprès de divers professionnels. On reporte un geste d’hygiène des mains lorsqu’il a été effectué selon les recommandations. En 2015, une désinfection a bien été effectuée dans 76% des moments clés définis par l’OMS. Même si l’on observe un fléchissement du taux global par rapport à 2014, ceci reste tout à fait satisfaisant par rapport à ce qui est publié dans la littérature scientifique.

Taux d'observance