4.6

Centres interdisciplinaires en oncologie

Conçus comme des pôles d'expertises, les centres en oncologie du CHUV offrent aux patients une prise en charge complète adaptée à chaque type de cancer. De nombreux indicateurs évaluent la qualité de leurs soins.

Depuis 2008, le CHUV a mis en place plusieurs centres spécialisés dans le domaine du cancer. Le Centre du sein a été officialisé en 2009. Les centres de la prostate et des tumeurs thoraciques ont suivi en 2015, et l'année 2016 a vu l'inauguration du Centre des sarcomes. En cours de développement, le Centre des tumeurs gynécologiques devrait être officialisé en 2017.

Le travail interdisciplinaire représente aujourd'hui la pierre angulaire de la prise en charge des patient-e-s atteints d’une pathologie oncologique.

Face à l’évolution rapide des connaissances et des possibilités de traitements, le partage de compétences est devenu indispensable. Il permet de proposer des traitements appropriés et de coordonner les soins.

Le travail interdisciplinaire représente aujourd'hui la pierre angulaire de la prise en charge des patient-e-s atteints d’une pathologie oncologique.

Le concept qui consiste à réunir tous les spécialistes autour des patient-e-s souffrant d’un cancer a progressivement évolué vers celui de centre. Aujourd'hui, ce type d'unité transversale réunit toutes et tous les professionnel-le-s impliqué-e-s dans les investigations et les traitements liés à un cancer spécifique : radiologues, pathologistes, chirurgien-ne-s, oncologues, radiothérapeutes, radio-oncologues et infirmier-ère-s cliniciennes. En concentrant les activités et en offrant un cadre de travail aux spécialistes, une telle structure permet de coordonner les soins, depuis le diagnostic jusqu’au suivi post-traitement. Les patient-e-s y reçoivent la meilleure prise en charge possible.

Les objectifs d’un centre en oncologie sont de :

  • assurer des soins de qualité: personnalisés, dispensés à temps, en toute sécurité et efficients;
  • garantir les concertations interdisciplinaires (colloques et consultations);
  • offrir une prise en charge globale de la personne avec des soins de soutien intégrés (information, soutien psychologique, etc.);
  • développer la recherche clinique et son application (essais cliniques, recherche en soins);
  • développer une offre de formation.

Les centres en oncologie du CHUV répondent à de nombreux critères de qualité des soins. Chaque structure dispose d'indicateurs qui évaluent les prises en charge.

Dans un centre, les patient-e-s reçoivent la meilleure prise en charge possible.

Le Centre du sein s’est soumis aux accréditations de la Ligue suisse contre le cancer en 2013 et de la Société européenne de sénologie en 2015. Obtenus avec succès, ces labels témoignent de la qualité des soins qui prévaut dans cette unité.

A l'avenir, pour autant que la création de ce type de structure se justifie sur le plan clinique et s'avère nécessaire pour l'organisation et la qualité des soins, chacun des organes touchés par le cancer disposera d'un centre. A terme, le CHUV offrira dix à onze structures de ce genre.

Commentaires des principaux indicateurs des centres

Dans les tableaux ci-contre, le nombre de nouveaux et nouvelles patient-e-s représente les personnes atteintes d’une tumeur, attribuées à un centre et traitées dans ce cadre dès le premier diagnostic. Le nombre de nouveaux cas témoigne ainsi de l’expertise du centre. Cependant, les compétences s'acquièrent également lors de la prise en charge des patient-e-s référé-e-s par d'autres centres ou services pour un deuxième avis, afin de consolider un diagnostic, comme dans le domaine des sarcomes. D’autre part, l’expertise du centre est aussi reconnue au travers de nombreux patient-e-s référé-e-s lorsque la maladie progresse. Ces personnes n’apparaissent pas dans le nombre des nouveaux cas.

Dans le domaine de l’oncologie, un aspect essentiel de la qualité des soins consiste à ce que les divers spécialistes discutent de la situation du ou de la patient-e, et proposent des traitements qui prennent en compte toutes les disciplines. Pour cette raison, les colloques de concertation interdisciplinaires doivent examiner la quasi-totalité des nouveaux et des nouvelles patient-e-s (plus de 95%). Le Centre du sein et le Centre des tumeurs thoraciques ont largement atteint cet objectif. Des mesures ont été mises en place au Centre de la prostate, afin de rendre ces discussions de cas encore plus systématiques.

Concernant les patient-e-s souffrant d’une tumeur thoracique et indiqué-e-s dans le tableau comme "ayant eu une consultation infirmière de soutien", il s'agit en majorité de patient-e-s dont la situation est particulièrement complexe. En plus d'une prise en charge en oncologie médicale, elles et ils bénéficient de rencontres avec un ou une infirmier-ère. Voilà pourquoi 47.9% seulement de l’ensemble des patient-e-s a bénéficié d’au moins une consultation infirmière. A terme, il est prévu que les autres patient-e-s aient également accès à ce soutien. L’équipe infirmière du Centre a été renforcée dans ce but.

La chirurgie représente souvent le premier traitement d'une tumeur cancéreuse. Dans certains cas, d’autres options de traitement s’offrent aux patients comme par exemple pour le cancer de la prostate. Une complication peut cependant apparaître après une intervention. Il est alors nécessaire de réopérer. Il en va de même lorsqu'une première intervention ne permet pas d'enlever la totalité d'une tumeur. L'ensemble de ces réopérations se comptabilise par le taux de reprise.

Dans le domaine de la chirurgie du sein, le taux de reprises doit être mis en perspective avec le taux de mastectomies. En effet, lorsqu’une intervention consiste à enlever entièrement un sein, il ne sera pas nécessaire de réopérer la patiente pour enlever un reste de tumeur. L’objectif de la chirurgie du sein est d’être le plus conservateur possible, c’est-à-dire de n’enlever qu’exceptionnellement la totalité du sein. Dès lors, il est normal d’avoir des taux de reprises plus élevés que, par exemple, pour la chirurgie de la prostate au cours de laquelle on enlève entièrement la glande lors de la première opération.

Afin de faciliter l’accès des patient-e-s à l’innovation, les centres agissent comme des plateformes pour la recherche. Au travers d’études, les centres cherchent à améliorer notamment l’efficacité des traitements et la qualité de vie des patient-e-s.

Centre du sein

Centre du sein
Objectif Valeur
Nombre de nouveaux patients 213
Proportion de nouveaux patients présentés au colloque de concertation interdisciplinaire >95% 97.6%
Proportion de nouveaux patients ayant eu une chirurgie 89.9%*
- dont proportion nécessitant une reprise opératoire 13.1%*
Proportion de nouveaux patients ayant eu une consultation infirmière de soutien >95% 91.1%*
Etudes en cours 12
- Nombre de patients inclus dans les études 68

Centre de la prostate

Centre de la prostate
Objectif Valeur
Nombre de nouveaux patients 102
Proportions de nouveaux patients présentés au colloque de concertation interdisciplinaire >95% 79.6%
Proportion de nouveaux patients ayant eu une chirurgie 28.1%
- dont proportion nécessitant une reprise opératoire 3.6%
Proportion de nouveaux patients ayant eu une consultation infirmière de soutien >95% 81.4%
Etudes en cours 8
- Nombre de patients inclus dans les études 39

Centre des tumeurs thoraciques

Centre des tumeurs thoraciques
Objectif Valeur
Nombre de nouveaux patients 305
Proportion de nouveaux patients présentés au colloque de concertation interdisciplinaire >95% 98.3%*
Proportion de nouveaux patients ayant eu une chirurgie 54.7%*
Proportion de nouveaux patients ayant eu une consultation infirmière de soutien >95% 47.9%
Etudes en cours 19
- Nombre de patients inclus dans les études 44

Centre des sarcomes

Centre des sarcomes
Objectif Valeur
Nombre de nouveaux patients 64
Proportion de nouveaux patients présentés au colloque de concertation interdisciplinaire >95% 92.3%*
Proportion de nouveaux patients ayant eu une chirurgie 70.5%*
- dont proportion nécessitant une reprise opératoire 4.9%*
Proportion de nouveaux patients adultes ayant eu une consultation infirmière de soutien >95% 62.1%
Etudes en cours 3
- Nombre de patients inclus dans les études 2