1.5

Réseaux de soins

Le CHUV développe son activité en étroite coopération avec les cantons latins, les hôpitaux régionaux et principalement les HUG. L’objectif est de consolider son rôle d’hôpital universitaire au sein du réseau hospitalier vaudois et romand.

​Centre universitaire romand de chirurgie thoracique

La chirurgie thoracique nécessite un degré de spécialisation élevé. Elle traite notamment les infections pleuropulmonaires, les tumeurs et les traumatismes thoraciques. Certains types d’intervention sont pratiqués seulement en faible nombre, même dans les hôpitaux universitaires.

Ceci a amené les chefs des deux services du CHUV et des HUG, les Prof. Hans-Beat Ris et Frédéric Triponez, à créer un Centre universitaire romand de chirurgie thoracique, qu’ils dirigent conjointement. Ce rapprochement a été officialisé lors d’un symposium interdisciplinaire qui s'est tenu en décembre 2016 à Lausanne.

Le centre a pour objectif d’offrir aux patients une prise en charge standardisée, d’augmenter le potentiel de recherche et d’organiser la relève des chirurgiens thoraciques en Suisse romande.

Communiqué de presse : Création du Centre universitaire romand de chirurgie thoracique (PDF)

​Association Vaud-Genève

Le Centre universitaire romand de chirurgie thoracique a été fondé sous l’égide de l’Association Vaud-Genève, créée en 1993, qui compte déjà plusieurs structures sanitaires communes. On peut citer notamment :

​Prise en charge pédopsychiatrique pour requérants mineurs non accompagnés

Ces dernières années, le nombre de requérants mineurs non accompagnés a considérablement augmenté dans le canton de Vaud. Seulement une cinquantaine début 2015, ils étaient plus de 200 en 2016. Cet afflux a nécessité l’ouverture de quatre foyers EVAM supplémentaires, dont trois à Lausanne.

Arrivés en Suisse sans famille, ni entourage immédiat, ces jeunes présentent souvent des troubles psychologiques dus aux traumatismes endurés durant leur parcours. Pour prévenir et traiter au mieux ces pathologies, un réseau de soins a été mis en place dont le Service universitaire de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent (SUPEA) est le leader.

En premier lieu, ce réseau se base sur l’existence dans chaque foyer d’une consultation ambulatoire tenue par des référents du SUPEA. Cette consultation peut organiser une prise en charge thérapeutique lorsque celle-ci est nécessaire. La deuxième étape consiste en la mise sur pied à l’Hôpital de l’enfance d’un accueil de crise, à l’interface entre la pédopsychiatrie et la pédiatrie. Enfin, le SUPEA souhaite organiser une formation théorique et clinique destinées aux éducatrices et éducateurs de l’EVAM. Celle-ci se concentrera sur les troubles psychiatriques qui peuvent se développer dans cette population particulièrement vulnérable.

​Évaluation de l’âge des requérants mineurs non accompagnés

La Division interdisciplinaire de santé des adolescent a organisé en 2016 un symposium sur l’évaluation de l’âge des mineurs non accompagnés en collaboration avec le Service d’aide juridique aux exilés. Celui-ci visait à démontrer l’impossibilité scientifique de déterminer un âge précis et exact pour les personnes concernées. À cette action se sont couplées de nombreuses publications, conférences et interviews dans les médias.