1.2

Évolution de l'activité ambulatoire

En 2016, près de 3400 personnes se sont adressées chaque jour au CHUV pour recevoir des prestations ambulatoires, diagnostiques ou thérapeutiques.

Points facturés

L’activité recensée dans ce tableau correspond à l’activité réalisée une année donnée et facturée pendant la même année en ambulatoire. L’activité ambulatoire est répartie en cinq groupes de prestations, dont un représentant les ventes de matériel médical et de médicaments.

2014 2015 2016 Evolution
2015/2016
Prestations du Département de radiologie 51'449'338 53'271'908 56'778'763 6,6%
Prestations du Département de psychiatrie 34'940'679 35'562'728 35'715'825 0,4%
Prestations des autres départements 108'386'305 112'315'760 124'770'479 11,1%
Prestations médicales - TARMED 194'776'322 201'150'396 217'265'067 8,0%
Laboratoire 34'774'993 37'961'459 39'697'783 4,6%
Vente de matériel et de médicaments 49'862'610 53'673'486 61'084'926 13,8%
Dialyses 6'280'224 5'906'275 6'507'270 10,2%
Autres prestations 13'607'030 14'093'822 14'262'236 1,2%
Total ambulatoire 299'301'179 312'785'438 338'817'282 8,3%

Evolution du nombre de points facturés

2014-2015 2015-2016
Points facturés 4,5% 8,3%
Montants facturés 3,5% 8,3%

Evolution de l'activité ambulatoire

Prestations médicales TARMED
Vente de matériel et de médicaments
Laboratoire
Autres prestations

La majeure partie de l’activité ambulatoire (64%) correspond à des prestations médicales, diagnostiques et thérapeutiques, répondant à la nomenclature TARMED. Viennent ensuite les prestations de laboratoires et les ventes de médicaments. Enfin, diverses autres activités (prestations des centres de jour en psychiatrie, physiothérapie, ergothérapie, logopédie, dialyse, etc.) représentent environ 6% de l’activité.

Le nombre de points facturés a augmenté en 2016 de manière plus importante que les années précédentes.

Le nombre de points facturés a augmenté en 2016 de manière plus importante que les années précédentes. Au-delà de la croissance annuelle usuelle, certaines activités nouvelles ou en développement ont connu une avancée importante :

  • une consultation ambulatoire d'oncologie et d'onco-hématologie s’est ouverte fin 2015 au Centre coordonné d’oncologie (8,4 millions de points facturés) ;
  • l’activité d'imagerie a progressé suite aux ouvertures en 2015 d'une nouvelle IRM et fin 2016 d'un nouveau scanner (1 million de points facturés) ;
  • le Service d’angiologie a créé une nouvelle filière pour la prise en charge des patients atteints d'insuffisance veineuse (0,6 million de points facturés) ;
  • une consultation de médecine du sport dédiée aux adolescents s’est ouverte fin 2015 (0,2 million de points facturés) ;
  • le Service de médecine nucléaire a augmenté son activité grâce à une extension des horaires et au raccourcissement du temps d’attente entre les patients (1,1 million de points facturés, +11%) ;
  • l’hôpital de jour de neurochirurgie et neurologie a accru son activité notamment en lien avec les traitements médicamenteux destinés aux personnes souffrant de sclérose en plaques (0,9 million de points facturés, + 54%) ;
  • l’imagerie angiographique s’est fortement développée (0,7 million de points facturés, + 14%) ;
  • l’exploitation de nouveaux locaux et une nouvelle organisation ont permis une augmentation de l’activité en antalgie (0,5 million de points facturés, +26%) ;
  • en lien avec l’augmentation des naissances, la Maternité a réalisé plus d’échographies (0,3 million de points facturés, +13%) ;
  • enfin, le volume de matériel et de médicaments facturés a augmenté de façon conséquente (+14%) suite au développement de l’activité en oncologie, cardiologie ainsi qu'en imagerie et en médecine nucléaire.

​Consultation multidisciplinaire de la surdité

En novembre 2016 s'est créée à Lausanne une consultation multidisciplinaire pour les enfants, adolescents et adultes souffrant de surdité profonde. Cette création s'inscrit dans une démarche d'amélioration de la prise en charge et une volonté d'offrir un concept collectif réunissant plusieurs spécialistes : ORL, ophtalmologue, généticien, logopédiste et psychologue.

Novateur en Suisse romande, ce concept permet de concentrer les consultations sur une même journée et un même lieu. ​Pour les patients, ce regroupement présente un avantage organisationnel, mais également un effet cohérent et rassurant.

​Pour les patients, ce regroupement présente un avantage organisationnel, mais également un effet cohérent et rassurant.

Si la surdité nécessite parfois un suivi médical rapproché et une réhabilitation conséquente, l'impact psychologique de ce handicap est souvent sous-estimé, car invisible.

Il existe divers types et degrés de surdité et leurs origines sont diverses. Les surdités peuvent être isolées ou associées à un syndrome, génétiques ou accidentelles, stables ou évolutives. Généralement, une surdité survenant à l'âge adulte, isole la personne et entraîne une perte de confiance en soi, un sentiment d'insécurité, souvent une fragilité psychologique. Elle génère aussi des difficultés à maintenir des relations satisfaisantes.

Afin de proposer la solution adaptée à chaque patient, un bilan exhaustif est requis. En effet, dans certains cas, les patients peuvent bénéficier d’une implantation cochléaire et celle-ci nécessite une importante réhabilitation. La phase qui précède l'implantation est essentielle et demande une préparation minutieuse : médicale, logopédique, psychologique et administrative.

La surdité chez les enfants

Les enfants peuvent aussi être atteints de surdité. Un bilan multidisciplinaire permet une réhabilitation précoce de l’audition et la mise en place de moyens auxiliaires nécessaires à leur bon développement. L'annonce de la surdité d'un enfant à ses parents génère, comme tout diagnostic, un temps de déstructuration et de grande vulnérabilité. Il est important d’encadrer le jeune patient et son entourage familial sur le plan médical mais aussi sur le plan psychologique, la prise en charge de la surdité chez un enfant s’étendant sur de nombreuses années.