4.1

La sécurité interventionnelle

Avant toute opération, les médecins et le personnel soignant doivent remplir une liste de contrôle afin de prévenir les erreurs. Le CHUV surveille son taux de remplissage de très près.

En s’appuyant sur les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour une chirurgie plus sûre afin d’épargner des vies, le CHUV a introduit une check-list de sécurité interventionnelle. Les équipes médico-soignantes doivent la remplir avant toute intervention chirurgicale et acte interventionnel. Cette procédure vise à prévenir les erreurs de site opératoire, les infections ou les oublis de corps étrangers.

Plus spécifiquement, la check-list a pour objectifs:

  • d’améliorer la sécurité interventionnelle en intégrant dans les pratiques des équipes la vérification croisée de différents points critiques de sécurité;
  • de renforcer la communication et le partage des informations au sein des équipes travaillant au bloc opératoire ou au plateau technique interventionnel.

La liste comprend une succession d’étapes déclinées en activités, telles que le contrôle de l’identité de la patiente ou du patient, le contrôle du marquage du site opératoire, la disponibilité du bon matériel, le comptage des compresses, etc. Pour chaque intervention dans un bloc opératoire, elle est considérée comme remplie à 100% lorsque tous les éléments de toutes les étapes sont renseignés.

Check-list interventionnelle, évolution depuis début 2013

Nombre d'interventions

Objectif

Proportion d'interventions avec tous les éléments de la check-list renseignés au-dessus de l'objectif

Proportion d'interventions avec tous les éléments de la check-list renseignés en-dessous de l'objectif

Commentaires des résultats

L’exigence de cet indicateur est très élevée: pour chaque intervention, il faut procéder à près de 40 actions de sécurité, chacune devant être documentée. Dès 2013, la liste est au moins partiellement remplie pour 100% des interventions. En 2018, elle a été renseignée de façon exhaustive pour 80% des interventions.

Comme pour 2017, ce résultat continue à être inférieur au taux attendu. Cela est dû au changement de logiciel permettant de documenter une partie de la check-list. De ce fait, même si les étapes de la check-list ont été respectées, certaines données ne peuvent pas être prises en compte dans le calcul du taux de remplissage total. Un audit réalisé sur le terrain en 2018 a montré que les contrôles effectués avant le début de l’opération (dont la vérification de l’identité de la patiente ou du patient, de l’intervention et de la partie à opérer) étaient réalisés très systématiquement.

Objectif pour 2019

En 2019, afin de se concentrer seulement sur ce qui est indispensable pour assurer la sécurité des patientes et des patients, les éléments de la check-list devant être obligatoirement remplis après l’intervention seront revus.