Direction générale

rapport d'activité 2018

Ce que vous trouverez dans le rapport d'activité

Le rapport d’activité du CHUV présente les actions qui ont été mises en place lors de l’année écoulée afin de répondre aux défis posés par nos missions de soins, de formation et de recherche.

Éditorial

Professeur Pierre–François Leyvraz
Directeur général

La voie vers la transition

Vous voudrez bien excuser le caractère un peu personnel de cet éditorial mais il est le dernier que j’ai le plaisir de signer. En effet, le prochain, qui ne sera édité qu’en 2020, portera la marque de mon successeur, le professeur Philippe Eckert, à qui je passerai le témoin progressivement dès cet automne.

A l’heure où j’écris ces lignes, nous avons déjà largement entamé l’année 2019, une année de multiples transitions puisque nous aurons aussi dès ce printemps une nouvelle conseillère d’Etat en la personne de madame Rebecca Ruiz, qui succède à monsieur Pierre-Yves Maillard avec qui j’ai eu le plaisir et la chance de collaborer durant 11 ans.

Un privilège rare

Employé du CHUV depuis 1981, c’est le moment pour moi de faire, avec un peu de nostalgie, je l’avoue, un bilan de ces 38 ans consacrés à notre institution et au service public. Je mesure toute la chance que j’ai eue, non seulement de pouvoir exercer le plus beau métier du monde dans une période d’un dynamisme inégalé où la médecine a progressé plus que dans tous les siècles passés, mais surtout le bonheur quotidien de rencontres exceptionnelles avec des patientes et des patients, des collègues et de nombreuses personnalités que mes fonctions m’ont permis de côtoyer. C’est un privilège rare qui m’a nourri et enrichi tout au long de ma vie. C’est donc avec une immense reconnaissance que je vous quitterai à la fin de l’année.

Que m’ont appris toutes ces années passées au service d’un hôpital public et de nos patientes et patients, et qui pourrait inspirer tous ceux qui se destinent à une carrière hospitalière? Je distingue trois étapes clés. La première: c’est la période d’apprentissage du métier. Elle est exigeante. C’est le temps durant lequel chaque professionnel se focalise sur les aspects techniques de sa spécialité. C’est un moment passionnant parce qu’il permet d’accéder peu à peu au cœur de la médecine. Le moteur qui nous anime alors est de travailler à nous améliorer constamment pour être digne de traiter les patientes et les patients en toute indépendance.

Une deuxième phase s’ouvre ensuite dès qu’on a la chance d’endosser une responsabilité de direction, quelle qu’elle soit. En tant que professionnelle ou professionnel confirmé·e, on est alors maître de son art, même s’il faut constamment continuer à se perfectionner. Mais dès ce moment, on devient également responsable des plus jeunes, dont on doit accompagner l’apprentissage et guider la carrière. On devient, comme je le dis parfois, «en charge d’âmes». Cette tâche supplémentaire, pour laquelle on est peu préparé·e, est pourtant essentielle. Elle demande une réflexion sur notre nouveau rôle et une prise de conscience qui modifie profondément notre manière de fonctionner. Il s’agit dès lors d’être prêt·e à donner plus qu’à recevoir.

Au clair sur ses propres limites

La troisième étape, que j’ai vécue, survient lorsque vous devenez cheffe ou chef de département, directrice ou directeur général. Les responsabilités s’élargissent alors et dépassent les aspects liés purement à votre métier. Il s’agit d’opérer une nouvelle mue: ne plus être uniquement soignant·e et pédagogue, mais savoir traiter et trancher des problèmes parfois fort éloignés de la médecine. On s’aperçoit alors qu’il est impossible d’assurer toutes ces décisions et ces choix seul·e. Il faut être parfaitement au clair sur ses propres limites, savoir déléguer et s’entourer de collaboratrices et collaborateurs très compétents en leur faisant totalement confiance, mais aussi, en retour, en justifiant leur propre confiance par une attitude soutenante et bienveillante. Bref, il faut être prêt à devenir une cheffe ou un chef de tribu complètement disponible. C’est la chance que j’ai eue avec toute l’équipe de direction actuelle. J’exprime ici à chacun·e d’entre elles et eux toute mon admiration et ma gratitude pour leur engagement exceptionnel et leur loyauté sans faille.

A la veille de mon départ, je suis conscient que, dans un hôpital aussi complexe que le CHUV, rien n’est jamais parfait. Il reste énormément de travail à accomplir. Mais je suis très fier de laisser à mon successeur une institution dynamique en pleine expansion, avec des collaborateurs motivés et compétents. Je suis sûr, connaissant les qualités humaines et professionnelles de mon collègue Philippe Eckert, qu’il poursuivra l’œuvre déjà accomplie et la développera encore. Je lui souhaite autant de satisfaction que j’en ai eu à diriger cette belle institution.

A toutes et tous, je dis merci de tout mon cœur pour la confiance que vous m’avez accordée tout en vous rappelant, même si cela n’est pas nécessaire, que notre devise est «Sciences et Humanité». Cela signifie que notre hôpital est un lieu d’accueil où les patientes, les patients et leurs proches, quels qu’ils et elles soient, méritent toute notre attention, toutes nos compétences et toute notre compassion.

Le CHUV en quelques chiffres

51'274

patientes et patients
hospitalisés

69%

de femmes

106

nationalités représentées

75'766

urgences traitées

11'681

collaboratrices et collaborateurs
au 31 décembre 2018

1,8

milliard de francs de budget
(chiffre arrondi)

Le CHUV en 2018

Cette chronologie présente une sélection parmi les nombreux événements qui ont marqué l’année 2018.
Janvier Exposition «Anne Peverelli».
Février Première mondiale au Département cœur-vaisseaux: un traitement de stéréo-radiothérapie appliqué à un patient souffrant d’une tachycardie ventriculaire.
1er février Journée suisse contre le cancer.
Mars Exposition «Perception singulière».
En oncologie, ouverture des premiers essais cliniques d’une forme d’immunothérapie destinée aux patientes et patients atteint·e·s d’un mélanome métastatique.
7 mars Forum public: «Le tabou des règles».
8 mars Conférence publique «Vous avez dit acouphènes?».
15 mars Conférence publique «Quand le désir d’enfant peine à se concrétiser».
22 mars Fondation Asile des aveugles: symposium pour les 175 ans.
26 mars Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme – Le CHUV et les HUG exposent des artistes avec autisme.
26 mars Premier après-midi consacré aux activités humanitaires du CHUV.
Mai Exposition «Mathilde Tinturier».
17 mai Conférence publique d’Eric Hoesli «L’épopée sibérienne».
24 mai Forum des 100.
Juin Exposition «Verbier Festival – 25 ans de rencontres».
Exposition «Collection d’art BCV: un patrimoine artistique vaudois».
Fête de la musique.
19 juin Le CHUV reçoit une délégation officielle du Premier Hôpital du peuple de Suqian dans la province chinoise du Jiangsu.
26 juin Conférence publique «Burnout, la maladie du XXIe siècle?».
29 juin Vernissage de l’exposition des projets présentés au concours pour la conception et la réalisation des futurs bâtiments destinés à l’Institut Ludwig, au Centre de médecine personnalisée et d’ingénierie immunitaire et à Biopôle SA.
Juillet Verbier Festival.
Pour la première fois en Suisse, le Service de néphrologie entame un traitement de l’hyperlipidémie sévère par lipidaphérèse, en collaboration avec la Consultation spécialisée des lipides et le Service d’obstétrique.
6 juillet Le CHUV reçoit une délégation officielle du Premier Hôpital du peuple de Wuxi dans la province chinoise du Jiangsu.
Août Pour la première fois en Europe, la professeure Jocelyne Bloch réalise une ablation laser guidée par IRM, sur une patiente souffrant d’épilepsie.
A l’Institut universitaire de formation et de recherche en soins (IUFRS), création de la première chaire académique de soins palliatifs infirmiers en Suisse.
21 septembre Inauguration du Centre de neurosciences psychiatriques.
26 septembre Soirée caritative humanitaire du Rotary Club Lausanne-Léman au profit de la Fondation CHUV.
Octobre Exposition «Diane Chappalley et Noémie Doge», lauréates de la Bourse Alice Bailly 2018.
Publication des résultats de l’étude STIMO menée par Jocelyne Bloch et Grégoire Courtine, dont les essais ont permis à des personnes paraplégiques de retrouver le contrôle volontaire de muscles de leurs jambes.
1er octobre Vernissage du livre «Une histoire de l’orthopédie» et de l’exposition «Une histoire en mouvement».
Ouverture d’une consultation pour les adultes victimes de violences à Nyon.
3 octobre Inauguration du bâtiment Agora exploité par le CHUV.
Du 4 au 7 octobre Salon Planète Santé.
10 octobre Conférence publique «La santé pour tous en zone rurale».
31 octobre Le CHUV remporte le Prix du meilleur site de santé décerné par TYPO3.
Novembre Retombées médiatiques mondiales pour les travaux de Jocelyne Bloch et Grégoire Courtine (étude STIMO).
8 novembre Journée Oser tous les métiers (JOM).
14 novembre Journée portes ouvertes de la consultation de diabétologie.
19 novembre Inauguration des nouveaux soins intermédiaires de Médecine interne au BH-17.
26 novembre Conférence de presse sur la campagne contre le sexisme et le harcèlement.
30 novembre Journée Qualiday.
Décembre Exposition des projets du Concours d’intervention artistique du nouvel Hôpital des enfants.
Exposition de Noël des collaborateurs du CHUV.
5 décembre Après-midi consacré à la smarter medicine.
7 décembre Inauguration de l’Unité d’hospitalisation individuelle au BH19.
7 décembre Vernissage de l’exposition de l’intervention artistique pour le nouvel Hôpital des enfants.
13 décembre Fête de Noël des collaborateurs.