2.3

L’Institut universitaire de formation et de recherche en soins

En 2018, l’Institut universitaire de formation et de recherche en soins a créé la première chaire académique de soins palliatifs infirmiers de Suisse, ainsi qu’une nouvelle Maîtrise universitaire ès Sciences en pratique infirmière spécialisée. Son enseignement comprend désormais trois programmes de Master et un programme doctoral.

Trois Masters et un programme doctoral à l’IUFRS

En 2018, le professeur ordinaire Philip Larkin a été engagé pour assurer la direction académique de l’Institut universitaire de formation et recherche en soins (IUFRS).

Avec la nouvelle Maîtrise universitaire ès Sciences en pratique infirmière spécialisée (IPS), créée la même année, l’IUFRS gère désormais trois programmes de Master et un programme doctoral. Dans le cadre de la création du Master IPS, des contacts ont été pris avec l’Université de Montréal.

L’IUFRS s’est engagé dans la formation continue.

En participant à un projet de Certificate of Advanced Studies (CAS) en santé mentale, de même qu’à un ensemble de CAS et de Diploma of Advanced Studies (DAS) en qualité et sécurité des soins qui existait déjà, l’IUFRS s’est également engagé dans la formation continue. Par ailleurs, des contacts ont été pris avec l’Université McMaster de Hamilton (Canada) pour un memorandum of understanding (MOU) avec l’UNIL. Des échanges sont prévus, y compris pour des cotutelles de thèses. Vers l’IUFRS

Diplômes attribués

2016 2017 2018
Master ès Sciences en sciences infirmières 28 20 41
Doctorat en sciences infirmières 5 4 1

La première chaire de soins palliatifs infirmiers de Suisse

En 2018, grâce au soutien de la Fondation Kristian Gerhard Jebsen, le CHUV a créé la première chaire académique de soins palliatifs infirmiers de Suisse. Ancien vice-doyen au University College de Dublin et actuel président de l’Association européenne de soins palliatifs (le premier infirmier à assumer ce rôle), le professeur Philip Larkin partage son activité depuis août 2018 entre le Service de soins palliatifs et de support, et l’Institut universitaire de formation et recherche en soins (IUFRS), dont il a repris la direction académique.

Il est impératif de donner davantage d’autonomie aux infirmières et infirmiers.

La création de cette chaire est un signal fort en faveur des soins infirmiers. En novembre 2017, avec 112’000 signatures authentifiées, l’Association suisse des infirmières et infirmiers (ASI) a déposé son initiative populaire intitulée «Pour des soins infirmiers forts». Cet acte politique reflète une nécessité absolue: si l’on veut répondre de manière adéquate aux défis posés par le vieillissement de la population et par l’augmentation des maladies chroniques et débilitantes, y compris les démences, il est impératif de donner davantage d’autonomie et de responsabilités aux infirmières et infirmiers.

Un cursus d’infirmière ou infirmier praticien·ne spécialisé·e

En novembre 2017, le Grand Conseil vaudois adoptait à l’unanimité un nouvel article 124bis de la Loi sur la santé publique intitulé «Infirmiers praticiens spécialisés» (IPS). La voie légale pour l’émergence de ce rôle en Suisse romande était ouverte. La filière de formation pouvait désormais s’organiser progressivement, avec une perspective d’entrée en fonction des premières personnes qui auraient achevé ce cursus en 2020-2021.

Le cursus IPS a été proposé à l’Institut universitaire de formation et de recherche en soins de la Faculté de biologie et de médecine de l’UNIL, sous la coresponsabilité de la professeure Odette Doyon et du professeur Philip Larkin. Une volée pilote de cinq étudiantes et étudiants a démarré à la rentrée de septembre 2018. Le CHUV est étroitement associé à ces développements, tant en qualité de lieu de formation pratique que d’employeur pour les futures et futurs IPS.