1.2

Les transplantations d’organes

Si une patiente ou un patient doit recevoir un organe ou a déjà bénéficié d’une transplantation, elle ou il requiert une prise en charge interdisciplinaire qui réunit un grand nombre de spécialistes, tels que des chirurgiennes et chirurgiens, des médecins internistes, des spécialistes en médecine intensive, des anesthésistes, une coordinatrice ou un coordinateur de don ou de transplantation, etc. Au CHUV, c’est le Centre de transplantation d’organes (CTO) qui assure la prise en charge interdisciplinaire des patientes et des patients.

Les interventions de transplantation sont réparties entre le CHUV et les HUG.

En 2004, dans le but de former le Centre universitaire romand de transplantation (CURT), le CTO du CHUV s’est associé au Service de transplantation des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Cette alliance a pour but de développer l’excellence de l’enseignement, de la recherche et des soins dans le domaine de la transplantation en Suisse romande. Depuis lors, dans le cadre actuel des mandats de médecine hautement spécialisée en Suisse, les interventions de transplantation sont réparties entre les deux hôpitaux.

La répartition entre les cantons de Vaud et Genève obéit à une logique par organe:

  • le thorax à Lausanne, avec les transplantations du cœur et des poumons;
  • l’abdomen à Genève, avec les transplantations du foie et du pancréas.

Les transplantations rénales se pratiquent sur les deux sites.

Médecine hautement spécialisée - Nombre de transplantations

Total

Nombre de donneuses et donneurs prélevé·e·s aux soins intensifs

Rénales (adultes)

Rénales (enfants)

Pulmonaires

Cardiaques

Commentaire du graphique

En 2019, le CHUV a pratiqué 56 transplantations rénales chez des adultes et 2 chez des enfants.

La transplantation rénale permet d’offrir une alternative à l’hémodialyse aux patientes et patients qui souffrent d’insuffisance rénale terminale. Elles et ils bénéficient alors d’une survie globalement plus longue, avec une meilleure qualité de vie. Les résultats du CHUV montrent que le taux de survie des personnes transplantées du rein est d’environ 95% à 5 ans.

Dans le domaine des transplantations pulmonaires, le volume d’activité atteint 22 transplantations en 2019. Avec le Centre universitaire romand de transplantation, le CHUV obtient des résultats de survie d’environ 75% à 5 ans. Ce chiffre est supérieur aux résultats attendus aux niveaux européen et international.

Le nombre de donneuses et donneurs prélevé·e·s au CHUV (et en Suisse), après avoir doublé en 2018, se stabilise en 2019.

En ce qui concerne les transplantations cardiaques, le volume d’activité se stabilise avec 21 transplantations cardiaques en 2019, dont 3 pour des enfants. Avec le Centre universitaire romand de transplantation, le CHUV obtient des résultats de survie d’environ 80% à 5 ans.

A ces 101 transplantations s’ajoutent 24 transplantations hépatiques de patientes et patients opéré·e·s aux HUG, mais dont les bilans de pré-transplantation ont été réalisés au CHUV, où s’effectue également le suivi ambulatoire.

Le nombre de donneuses et donneurs prélevé·e·s au CHUV (et en Suisse), après avoir doublé en 2018, se stabilise en 2019. Cette évolution témoigne d’un investissement important de l’équipe du Service de médecine intensive adulte du CHUV afin d’identifier les donneuses et donneurs potentiel·le·s, en état de mort cérébrale ou dans le cadre du prélèvement d’organes après un arrêt cardio-circulatoire. Ce type de prélèvement fait partie des mesures mises en place au niveau national pour pallier le manque d’organes mis à disposition des personnes en attente de greffe, alors que certaines décèdent lorsqu’elles sont en liste d’attente.