1.1

Évolution de l’activité d’hospitalisation et d’hébergement

Evolution de l'activité au CHUV

En 2019:

  • Le niveau d’activité du CHUV, ainsi que la durée moyenne des séjours, se sont stabilisés.
  • Tout en conservant un taux d’occupation raisonnable, une adaptation dynamique des capacités des services a permis de réduire fortement le nombre de lits exploités.
  • 93 lits, soit 6,7% des capacités d’hospitalisation du CHUV, ont été occupés par des patientes et patients en attente d’un séjour de réadaptation ou d’une place en EMS.
  • L’activité ambulatoire a connu une forte croissance (+7,9%) qui s’explique en partie par le rattachement au CHUV d’activités anciennement réalisées à la Policlinique médicale universitaire (PMU, rattachée à Unisanté en 2019).

Activité d’hospitalisation

Tableau 1

2017 2018 2019 Variation
2018/2019
En moyenne
depuis 2017
Hospitalisation somatique aiguë
Patientes et patients traité·e·s 40'689 42'020 42'119 0,2% 1,7%
Journées de l'exercice 286'415 282'910 282'444 -0,2% -0,7%
Hospitalisation de réadaptation somatique (*)
Patientes et patients traité·e·s 2'218 1'884 1'800 -4,5% -9,9%
Journées de l'exercice 42'729 39'554 39'951 1,0% -3,3%
Attentes de réadaptation
Patientes et patients traité·e·s 1'676 1'986 1'898 -4,4% 6,4%
Journées de l'exercice 10'008 12'503 11'476 -8,2% 7,1%
Hospitalisation psychiatrique (**)
Patientes et patients traité·e·s 4'677 4'299 4'302 0,1% -4,1%
Journées de l'exercice 109'124 108'607 108'309 -0,3% -0,4%
Attentes de placement somatiques
Patientes et patients traité·e·s 622 709 688 -3,0% 5,2%
Journées de l'exercice 12'024 10'205 9'887 -3,1% -9,3%
Attentes de placement psychiatriques
Patientes et patients traité·e·s 216 239 266 11,3% 11,0%
Journées de l'exercice 9'328 10'528 12'500 18,7% 15,8%
Hébergement médico-social (Soerensen-La Rosière)
Patientes et patients traité·e·s 135 137 132 -3,6% -1,1%
Journées de l'exercice 35'958 35'922 35'807 -0,3% -0,2%
Activité totale
Patientes et patients traité·e·s 50'233 51'274 51'205 -0,1% 1,0%
Journées de l'exercice 505'587 500'229 500'374 0,0% -0,5%

Durée moyenne des séjours

Tableau 2

2017 2018 2019
Activité somatique
Aiguë 7,2 6,8 6,8
Réadaptation 20,4 22,1 23,6
Attente de réadaptation 6,1 6,4 6,2
Attente de placement C 20,6 15,6 14,7
Activité psychiatrique
Aiguë et réadaptation 25,3 26,9 26,5
Attente de placement C 51,5 45,6 49,0

Commentaires des tableaux 1 et 2

Soins aigus somatiques (+0,2%)

Entre 2018 et 2019, le nombre de séjours d’hospitalisation somatique aiguë s’est stabilisé, alors que le rythme de croissance était de 1,7% en moyenne depuis 2017.

Les évolutions sont très contrastées à l’intérieur de l’hôpital:

  • L’activité continue à croître en médecine interne et en gériatrie, au Centre de la main, en neurologie, cardiologie et chirurgie vasculaire, mais elle marque le pas dans les secteurs de pédiatrie et de gynécologie-obstétrique, en particulier à cause d’une baisse des naissances observée dans le canton de Vaud comme en Suisse.
  • Le bloc opératoire transitoire, mis en service en 2017, fonctionne à plein régime depuis 2018. Les possibilités d’augmentation de l’activité chirurgicale sont limitées.

Les patientes et patients restent en moyenne 6,8 jours à l’hôpital. Après une forte baisse entre 2017 et 2018, la durée de séjour se stabilise.

Réadaptation (-4,5%)

En 2019, les unités de réadaptation du CHUV ont été pleinement occupées, notamment du fait qu’en moyenne, les patientes et patients ont eu besoin de traitements plus longs (+7% de durée moyenne de séjour).

Ainsi, moins de personnes ont pu être prises en charge directement dans les unités du CHUV (-4,5% de cas), les autres ayant été orientées vers d’autres structures existantes dans la région.

Occupation inadéquate des lits somatiques

Une meilleure anticipation des besoins de prise en charge, à la sortie des patientes et patients du Service de médecine interne, a permis de diminuer de 34,3 à 31,4 le nombre de lits occupés par des personnes qui attendent une place en centre de réadaptation.

Par ailleurs, près de 17,7 lits de soins aigus et 9,4 lits de réadaptation étaient toujours occupés par des patientes et patients qui attendaient de trouver une place en EMS (en moyenne 14,7 jours).

Au total, en 2019, 58,5 lits de soins aigus ou de réadaptation ont été occupés par des personnes qui ne demandaient plus ce type de soins (5,7% des lits).

Soins psychiatriques: activité stable

Entre 2017 et 2018, l’introduction d’une nouvelle structure tarifaire en psychiatrie (TARPSY) a modifié la manière de délimiter et de décompter les séjours hospitaliers.

En 2019, le nombre de cas traités, comme les journées d’hospitalisation, ont été stables.

Les lits psychiatriques ont été occupés à leur maximum, mais pas seulement pour des patientes aiguës et des patients aigus: en 2019, près de 10% des lits des secteurs psychiatriques ont été occupés par des patientes et patients en attente de disposer d’une place dans un EMS ou une structure adaptée à leurs besoins (34 lits). En moyenne, elles et ils ont dû attendre 49 jours.

Cette difficulté ne fait que croître d’année en année. Elle met le système sous pression.

Nombre de lits exploités en moyenne dans l’année

Tableau 3

2017 2018 2019 Ecart
2018/2019
Médecine 221 227 226 -1
Chirurgie 169 163 159 -4
Gynécologie-obstétrique 215 215 208 -7
Appareil locomoteur 129 112 101 -11
Cœur-vaisseaux 79 80 78 -2
Neurosciences cliniques 68 77 75 -2
Oncologie 20 19 21 2
Soins intensifs adultes 35 35 35 0
Unités de réadaptation et soins palliatifs 135 129 129 0
Sous-total soins somatiques 1'071 1'057 1'033 -24
Sous-total soins somatiques y compris Hôtel des patients 1'116 1'102 1'078 -24
Sous-total psychiatrie 352 352 353 1
EMS Soerensen-La Rosière 100 100 100 0
Total 1'568 1'554 1'531 -23

Commentaire du tableau 3

Dans la cité hospitalière, l’année 2019 a été marquée par la mise en place d’un processus de gestion active des capacités, qui a permis de fermer:

  • 19 lits en orthopédie et traumatologie dans le courant de l’année;
  • 5 lits en neurochirurgie dès octobre 2019;
  • 5 lits en ORL dès septembre 2019.

Cinq lits ont été fermés à l’Hôpital de l’enfance, là aussi afin d’adapter les capacités aux besoins, en diminution; par ailleurs, des travaux à la Maternité ont conduit à la fermeture de 4 lits pendant 6 mois.

Enfin, en milieu d’année, une unité de 6 lits dédiés aux traitements d’immunothérapie en oncologie a pu être ouverte.

L’ensemble de ces mouvements se traduit par une baisse de 24 lits exploités entre 2018 et 2019 (en moyenne annuelle).

Le taux d’occupation moyen des lits demeure à un niveau modéré (82,5%). Alors que d’importants travaux de rénovation des étages du Bâtiment hospitalier sont en cours, cette situation permet de garder localement des marges de manœuvre précieuses, que ce soit dans le Bâtiment hospitalier ou à l’Hôtel des patients.

Dans les secteurs psychiatriques, le nombre de lits est stable. Les taux d’occupation atteignent un niveau préoccupant (97,6% en moyenne).

Les capacités de l’EMS Soerensen - La Rosière sont pleinement occupées (taux d’occupation de 98,1%).

Taux d’occupation moyen

Tableau 4

2017 2018 2019 Ecart
2018/2019
Médecine 88,0% 83,1% 87,7% 4,6%
Chirurgie 78,6% 80,8% 85,5% 4,7%
Gynécologie-obstétrique 78,0% 75,6% 71,0% -4,6%
Appareil locomoteur 72,1% 71,6% 76,2% 4,6%
Cœur-vaisseaux 77,7% 80,2% 82,9% 2,7%
Neurosciences cliniques 81,2% 81,3% 81,6% 0,3%
Oncologie 68,8% 71,1% 76,2% 5,1%
Soins intensifs adultes 90,0% 87,5% 87,8% 0,3%
Unités de réadaptation et soins palliatifs 93,4% 94,6% 93,1% -1,5%
Sous-total soins somatiques 81,8% 81,0% 82,5% 1,5%
Sous-total soins somatiques y compris Hôtel des patients 80,3% 80,2% 81,9% 1,7%
Sous-total psychiatrie 96,5% 94,3% 97,6% 3,3%
EMS Soerensen-La Rosière 98,5% 98,5% 98,1% -0,4%
Total 85,1% 84,6% 86,6% 2,0%

Provenance des patientes et patients hospitalisé·e·s

2017 2018 2019
Région Lausanne 52,6% 51,8% 51,2%
Reste du canton de Vaud 35,1% 35,4% 35,6%
Cantons romands 9,7% 10,2% 10,6%
Autres cantons suisses 0,9% 0,8% 0,8%
Etranger 1,8% 1,9% 1,8%

Commentaire du tableau 4

87% des patientes et patients du CHUV résident dans le canton de Vaud.

Le recrutement de patientes et patients vaudois·es en dehors de la région lausannoise, de même que la proportion des personnes qui viennent de cantons romands, augmente progressivement sur la période.

Le CHUV renforce peu à peu son rôle d’hôpital de référence.

BH 15: reprise des soins intermédiaires par le Service de médecine intensive adulte (SMIA)

Fin 2018, en raison du départ du titulaire du poste, les soins intermédiaires situés au niveau 15 du Bâtiment hospitalier étaient dépourvus d’une supervision médicale qui réponde aux exigences de la Commission suisse de certification des unités de soins intermédiaires. Dans un premier temps, à la demande des cheffes et chefs des services concernés, le Service de médecine intensive adulte (SMIA) a repris cette tâche sans que l’organisation ne soit modifiée. Afin de permettre une optimisation des procédures et des formations, il a ensuite été décidé de réunir les soins intermédiaires du Département des services de chirurgie et d’anesthésiologie (DSCA) sous une direction médicale unique. Confiée au SMIA, elle est désormais assumée par une médecin cadre principalement dédiée à cette fonction. De plus, au vu d’une organisation spatiale atypique sur trois sites, un collège infirmier a été constitué, ce qui permet de rendre le travail des infirmières et infirmiers très efficace. Après la mise en place d’un programme de formation médico-soignante et d’une documentation spécifique, ce processus a permis d’obtenir fin 2019 une certification «Intermediate Care» (IMC) définitive pour les soins intermédiaires du DSCA.

Fermeture de lits dans trois départements (DAL, DSCA et DNC)

Jusqu’en 2015, le nombre de lits occupés au CHUV a crû au même rythme que son activité somatique aiguë. Depuis 2016, les projets qui ont pour but d’améliorer l’efficience clinique (GPS+, ERAS) portent leurs fruits: l’activité continue de croître, tandis que le nombre de lits occupés diminue. Le gain a été particulièrement fort en 2018: cette année a vu la durée des séjours au CHUV baisser de plus de 5%. Conjugués à l’ouverture de l’Hôtel des patients, ces gains ont permis de relâcher progressivement la forte pression qui s’exerçait sur l’occupation des lits.

Un processus dynamique permet désormais d’adapter les capacités d’hébergement aux besoins.

En 2019, le CHUV a saisi l’opportunité d’introduire un processus dynamique qui permet d’adapter les capacités d’hébergement aux besoins, en prenant en compte l’évolution des taux d’occupation moyens (TOM) des services. Ces taux sont analysés chaque trimestre. Sur cette base, des propositions d’ouverture et de fermeture de lits sont soumises au Comité de direction de l’hôpital, puis au service concerné. Si elle est confirmée, la décision est formalisée, puis mise en œuvre et suivie.

Collaboration avec l’Hôpital de Morges

De novembre 2018 à fin avril 2019, une convention de collaboration avec l’Hôpital de Morges a permis au CHUV d’y utiliser 15 lits, sans engagement financier; 70 patientes et patients ont bénéficié de cette mesure.

Les transferts vers l’Hôpital de Morges ont cependant diminué pendant le pic de grippe de 2019, qui était modéré. Cette situation a contraint le CHUV à définir des mesures internes supplémentaires pour absorber le flux de patientes et patients.

Suite au bilan des mesures hivernales 2019, le Comité de direction du CHUV a décidé d’ouvrir 12 lits hivernaux de médecine interne de janvier à mars 2020, afin de compléter les 15 lits prévus par la convention avec l’Hôpital de Morges.

Augmentation du nombre de lits à l’Hôtel des patients pour la maternité

Au secteur de la maternité de l’Hôtel des patients, l’année 2019 a été marquée par la mise à disposition d’une deuxième salle de soins. Le nombre de sages-femmes a par ailleurs augmenté de près de deux postes équivalents plein-temps. Cette nouvelle organisation permet d’accueillir 16 patientes et 9 bébés, ce qui correspond à l’occupation intégrale d’un étage de l’Hôtel.

Par ailleurs, après trois ans de fonctionnement, de plus en plus de patientes sont transférées à l’Hôtel des patients avec leur nouveau-né·e directement depuis la salle d’accouchement. Elles y passent ainsi un séjour complet. A noter que certaines familles reviennent à l’Hôtel des patients pour une deuxième naissance.